PIC_20160829_0001

...Ouaip... Ça fait une grosse paye que j'ai pas donné de nouvelles ici et une encore plus grosse paye que ma présence ici est chaotique. Et comme j'ai passé mon temps à ce moment-là à donner des excuses un peu isolées à droite et à gauche, revoilà un p'tit résumé :

  • En novembre dernier, j'ai créé un ask blog sur tumblr où je joue le rôle d'un personnage d'Osomatsu-san et je réponds à des questions qu'on lui pose sous forme de dessins. J'en parle pas beaucoup ici parce que j'imagine que ça parle à personne, mais ce truc marche étonnamment bien (pour autant qu'un truc que je fais puisse bien marcher, j'entends) et du coup je passe beaucoup-beaucoup de temps à travailler dessus. Trop pour que ce soit sain, j'imagine. Mais en tout cas je m'y amuse beaucoup, si ça compte encore pour quelque chose TwT
  • En janvier j'ai signé un nouveau contrat avec Comics Trip éditions pour terminer le tome 2 de Bubble gum cet été, en vue d'une publication cet automne. J'ai terminé les dessins du deuxième tome il y a maintenant deux semaines tout juste et c'était intense et ça m'a beaucoup crevée. Mais j'espère que le résultat n'est pas trop mal, et je devrais en parler bien plus par ici à l'avenir.^^
  • En février, Reiuyi (avec qui je forme le duo musical Raven's Jig) et moi, on a décidé de participer à la Japan Expo 2016 en tant qu'exposants amateurs pour vendre des CDs de notre musique et des illustrations. C'était SUPER-SYMPA, mais ça nous a pris beaucoup de temps et d'énergie en plus de tout le reste!^^' Enfin, on en garde un super-souvenir et on y a fait des rencontres super-cool et j'ai récupéré plein de super-dessins que je montrerai plus tard par ici, qui sait. J'ai pas encore dessiner de ce que j'allais laisser sur ce terrain vague dans les jours à venir.

20160708_130200

425335275_64197

  • ...Bon, et puis aussi et surtout, ces derniers temps... J'ai été beaucoup occupée à couler un petit peu plus dans ce bourbier qu'est la vie adulte.

En octobre dernier j'avais raconté ici également que j'avais trouvé du boulot, mon premier boulot concret après les études. J'ai graduellement arrêté d'en parler en détail après parce que ça m'aurait fait suer mais... Punaise, j'ai pas aimé. J'ai vraiment pas aimé là-bas. Je dois le reconnaître, c'était un boulot pour lequel j'avais fait semblant d'être super-motivée par le poste alors qu'en fait les tâches m'intéressaient pas plus que ça, mais ça m'avait pas empêché d'apprécier mes expériences de stage passées qui, pour une partie d'entre elles, s'étaient faites dans les mêmes conditions... Non, ce qui m'a surtout fait couler là-dedans c'était que j'étais tombée dans une équipe de deux workaholic passionnées par ce qu'elles faisaient et super-douées dans leur travail, mais... Bon sang, pas du tout le genre de personne avec qui je me sentais de bosser. Pour pas donner trop de détails, disons que je partageais un bureau avec ma collègue plus expérimentée que moi qui occupait un poste similaire, et que celle-ci ne me regardait pas pour me dire bonjour ou au revoir et ne me parlait, la plupart du temps que pour m'expliquer un truc à faire (ce qui est juste) ou pour souligner une connerie que j'avais faite (ce qui est juste aussi, c'est juste dur à avaler quand y a pas d'autre dialogue à côté j'imagine). Je blâme des centres d'intérêts différents, des personnalités différentes, et mon manque de motivation qui se montrait, je suppose, de façon trop évidente bien que je fasse mon boulot au bout du compte, juste avec pas assez de passion, je sais pas, bref... Long story short, au bout d'assez peu de temps déjà je passais mes journées à hyperventiler dans ce bureau et à stresser sur ABSOLUMENT tout.

PIC_20160829_0002

En CDD dans cette entreprise jusqu'à fin mars, j'ai décidé assez tôt aussi de prendre la poudre d'escampette. J'avais quelques pistes sur d'autres postes, qui se sont avérées ne rien donner, mais je me foutais de ne plus avoir de pistes du tout au bout du compte. Ma boss de l'époque m'a donné des conseils précieux sur la vie professionnelle, il est vrai, mais des conseils qui servent probablement plus quand on a beaucoup d'ambition. Moi, j'en ai pas du tout, et après ces quelques mois passés chez eux, j'en avais encore moins.

PIC_20160829_0003

Bref, nous voici rendus en mars, je viens de passer la semaine de mon anniversaire à chialer comme quoi je vais mourir de l'intérieur assez vite bientôt de toutes façons, parce que devenir adulte c'est ça des fois j'ai l'impression, et je pars dans le chômage. C'est-à-dire la recherche d'emploi, et une recherche d'emploi traumatisée par une première expérience décourageante. C'est difficile de faire semblant que ces choses-là nous intéressent quand non seulement on avait du mal à la base, mais qu'en plus on a appris depuis que ça paye pas du tout et qu'on est juste malheureux après.

PIC_20160829_0005

Je garde de l'espoir quand même, parce qu'on est comme ça, nous autres êtres humains, on est con, on espère. Et deux mois de chômage plus tard le côté positif de l'histoire semble se répéter...

PIC_20160829_0006

...Mais vous savez quoi, amis fantômes...

...Je suis en plein dans mon poste actuel, ma période d'essai s'est terminée et c'est pas horrible du tout. C'est même largement l'inverse. C'est génial. Sérieusement génial.

Je suis aujourd'hui traductrice interne pour une marque de cosmétiques créative, soucieuse de l'éthique et de l'environnement (que je nommerai pas mais qui se devine XD) et où ça se voit quand on bosse chez eux. Tout le monde y est super-sympa, super-intéressant, et encourageant aussi. Mon job consiste à traduire tout ce qui passe dans la communication française de la marque et, pour dire les choses simplement, c'est un discours hyper-sympathique, amusant et bien écrit qu'ils ont là, et c'est une vraie joie d'être la personne qui les traduit. Je bosse en open space où on écoute de la bonne musique, on a des conversations intéressantes et ça sent presque toujours bon, voisinage de cosmétiques oblige.

PIC_20160829_0007

(Ah, oui, et, peu étonnamment, Sagojou adore ce boulot. XD)

Mais une autre chose qui est super-importante, c'est que comme si toutes ces choses positives ne suffisaient pas, ma boss est contente du travail que je fais, et COMME SI ÇA NE SUFFISAIT PAS ENCORE... Elle me le fait savoir régulièrement.

PIC_20160829_0008

Et du coup, ben, voilà... Tout va mieux et je suis de nouveau heureuse. J'ai décrit tout ça en détail au cas où il m'arrive une merde ou bien que je devienne con à l'avenir, pour pas oublier au moins à quel point je suis heureuse maintenant. J'ai des amis géniaux, des passe-temps géniaux, une famille géniale, et maintenant un boulot génial avec des collègues géniaux — oh, et j'ai pas mentionné, dans un quartier génial. Je vis toujours à Paname, cette sacrée ville que j'aime mine de rien et où tout peut arriver, le meilleur comme le pire. Et tout va bien — à part la chaleur écrasante en ce moment, mais ça va se calmer et puis au moins pendant ce temps il y a du soleil, et ça aussi, bon sang, c'est positif.